LeMurDuSon.ch 18.01.2017

Le samedi 21 janvier, Régis sera au Nouveau Monde de Fribourg. C’est l’occasion d’aborder son premier album éponyme. Son univers se trouve à la frontière entre la maîtrise des mots et des instrumentations originales. Un phrasé qui transcende la nonchalance avec une pincée de mélancolie, et par dessus tout l’art de la rengaine.

Le Nouveau Monde de Fribourg vivra un moment particulier ce samedi 21 janvier. Pourquoi ? Régis sera sur scène. Ce personnage à la voix suave sortira de son errance dans la ville de Calvin pour faire un détour chez les franciscains. Il fera plaisir aux plus curieux grâce à des psaumes à la gloire de la vierge musique. Sa désinvolture fera pêcher le public et les dandinements des têtes seront les seules prières autorisées lors de la messe nocturne.

Qu’en est-il du disque « Régis » ? Un rock lancinant qui est porté par une guitare nerveuse, puis délicate comme dans ‘On brûle’. Régis garde le meilleur de la chanson française: la langue. Il agite ensuite ses mots soignés par dessus des mélodies au soupçon de noirceur, à la rythmique légèrement tapageuse et à des instrumentations parfois semblables à des beats de dub. Un débit de paroles de qualité qui arrose l’auditeur, oui, je le confesse volontiers, de qualité. Un révérend qui a préféré le carnet de notes au séminaire. Un prédicateur qui préfère la bonne mélodie à la bonne parole.

Les morceaux s’enchaînent sans se ressembler. C’est là toute la force de l’album ! La cohérence se trouve dans le phrasé de Régis tandis que la création singulière apparaît dans les mélodies. La singularité s’entend notamment dans la rythmique presque dub de ‘Pas l’esprit clair’, dans la berceuse à la basse épaisse de ‘Marche’ et dans la rencontre entre nervosité de la composition et lenteur des paroles dans le yéyé ‘Pluie acide’. Un monde de contrastes.

Bref, je crois que ça vaut clairement la peine de le découvrir en live. Et d’ailleurs je me réjouis.

page du site