RTS, 21.03.2016

C’est l’autre nouveau talent de la chanson romande : Régis, ancien chanteur punk devenu une des plumes les plus précises de cette nouvelle scène. Ses textes rappellent par leur poésie alambiquée les fulgurances d’un Gainsbourg. Comme le génie de « Melody Nelson », Régis séduit par sa voix enfumée, par son phrasé lassé. L’homme a de la personnalité, du style et il parvient à imposer sa singularité tout au long d’un premier album dense et ombrageux.

L’ombre de certains héros des années 80, comme Daniel Darc, plane sur les mélodies décharnées de Régis, des mélodies pop, injectées parfois d’accents reggae. Cet été, Régis va sortir de l’ombre le temps des festivals. L’occasion de le découvrir aux côtés de ses amis musiciens de Cheptel Records, le label genevois découvreur des nouveaux talents de la chanson suisse.

Michel Masserey

Lien vers l’article